Rechercher
  • VJM

L'éducation et la confiance en soi

La plupart des parents souhaitent le meilleur pour leur(s) enfant(s) mais beaucoup ne savent pas comment le(s) guider. Un des mots clés est la confiance en soi, qui est développée au cours de l'enfance. Pour que la confiance en soi se développe, l'enfant doit avoir confiance en l’adulte, et donc en la sécurité, l’intégrité physique et psychologique. Pour cela les adultes qui entourent l’enfant, posent des repères qu’ils sont en mesure d’expliquer à leur enfant.

Un enfant en manque de repères a peu confiance en lui, et il va chercher à se singulariser de diverses façons jusqu’à aller dans la violence et/ou la délinquance, ou encore il va partir à la recherche de ses propres limites en ayant des conduites à risque ou en ayant recours aux addictions (drogue, alcool, sexe, jeu…), c’est à dire là où la limite peut être mortelle. Ces enfants en manque de repères développent un Moi superficiel important et se mesurent aux autres, à leur regard. L’orgueil à cet endroit côtoie le misérabilisme (au fond je n’ai pas confiance en moi, mais je vais leur montrer de quoi je suis capable).

Que ce soit dans les sports ou à l’école, l’éducation de la performance est tout aussi pernicieuse : elle rétrécit l’espace intérieur et éloigne de l’être essentiel propice au développement sain de l’enfant. Le plus important est d’obtenir de bonnes notes, de bonnes performances, et les systèmes actuels ne donnent pas de place à l’erreur. Nous n’apprenons pas à nos enfants à vivre bien, à vivre ensemble, à être heureux mais plutôt à gagner et posséder dans l’idée que cela rend heureux (bien que presque tout le monde pense le contraire). Donc, il est important d’éduquer les enfants dans la conscience élargie à l’univers, aux lois universelles, au Tout dont nous faisons partie, et non pas aux conceptions de séparation qui envahissent les pensées du monde moderne.

Pour aider un enfant a être fort, il faut lui apprendre que sa puissance est sa confiance en lui. La confiance en soi est une énergie basale, ce que les orientaux appellent le KI. Elle se différencie de l’estime de soi qui est la manière dont nous nous estimons au regard de l’autre. A chaque fois, qu’un enfant dit : « je n’y arriverai pas », dites lui « Attends, reprends cette phrase et répète la avec le mot, je peux faire cela ». Peu importe jusqu’où il ira dans sa réalisation, le but n’est pas devant mais dans l’espace qu’il ouvre dans le présent. Ainsi, pratiquer une activité sportive, artistique ou apprendre à l’école ne devrait pas altérer la confiance en soi.

Beaucoup de parents se plaignent que leur enfant est agité. Mais nous sommes dans un société elle-même agitée, où le silence, le peu, le rien, le suffisant n’ont pas de place. Donc si votre enfant est agité, apprenez lui la méditation. Cela se pratique déjà dans certains endroits à l’école, comme au Canada. Et évidemment méditez avec lui, tout d’abord commencez par 5 minutes, et augmentez doucement. Lisez et expliquez lui ce qu’est la méditation.

S’il n’aime pas aller à l’école, dites lui qu’il n’est pas obligé d’écouter la maîtresse ou le professeur, mais qu’il doit seulement tourner son visage dans sa direction, et se demander : « Suis-je stable, si l’on me pousse sur une épaule… ou si une jambe est levée…. ». Et dès qu’il se pense stable, alors qu’il garde la position pendant tout le cours. Expliquez lui qu’en faisant ainsi il gagne de la force intérieure, que plus il reste stable plus il gagne de la force. Si vous êtes derrière votre enfant quand il fait ses devoirs, que vous le surveillez, c’est que vous pensez qu’il ne peut faire sans vous, et vous ne lui accordez pas votre confiance. Plus vous serez derrière, et plus cela prendra des proportions dramatiques. Un enfant peut faire ses devoirs seul quelque soit l’âge, par contre s’il demande de l’aide, c’est qu’il en a besoin….réel ou par manque de confiance! Bien entendu, les mesures éducatives négatives, comme les fessées, les punitions, les privations sont totalement contre productives… et ne montrent que la problématique de l’adulte qui sévit.

Apprenons à nos enfants à lâcher prise, à accepter, à dialoguer, à analyser, à ne rien faire, à méditer, à faire la cuisine, les courses, le ménage, à créer, à avoir raison, à avoir tort… apprenons à leurs faire confiance. Si vous donnez une responsabilité à votre enfant à chaque anniversaire par exemple, en lui disant : « A partir de cette année, tu as la responsabilité de …(à déterminer en fonction de l’âge bien sûr, mais vous pouvez commencer dès 5 ans) », vous montrerez à votre enfant que vous avez confiance en lui.

#confiance #éducation #enfant

251 vues

Posts récents

Voir tout

Le temps et l'espace pour nos rêves

Nombreuses personnes dans nos sociétés modernes sont tellement occupées à faire face au quotidien qu'elles ne sentent pas capables de vivre selon leurs désirs les plus authentiques. Pourtant chaque m

Bien vivre

Reprenons un peu plus dans le détail les fonctions pour bien vivre. Le bon sommeil : tête froide et pieds chauds Pendant le sommeil, nous faisons le plein d'énergie, nous nous débarrassons de la fati

| © 2016 Véronique Just Mage (textes et articles) | Créé et hébergé sur Wix.com |